Alors qu'un affrontement majeur se profile entre la France et l'Angleterre pour la suprématie en Amérique du Nord, l'Acadie prend toute son importance stratégique. L'Angleterre cherche d'abord à y renforcer sa présence militaire. Elle fonde la ville de Halifax en 1749 et installe des colons sur tout le territoire. Le gouverneur de la Nouvelle-Écosse, Edward Cornwallis, exige alors des Acadiens un serment d'allégeance sans réserve à la couronne britannique afin d'exclure toute possibilité de neutralité. Dans leurs pétitions adressées au Conseil de la Nouvelle-Écosse, les Acadiens refusent de prêter un tel serment qui les oblige à prendre les armes contre la France, mais ils confirment leur fidélité au roi d'Angleterre. Les membres du Conseil, dont le président est alors Charles Lawrence, rejettent toute perspective de tolérance envers les Acadiens et, le 28 juillet 1755, décident de les exproprier et de les expulser. Environ 7 000 Acadiens sont alors rassemblés et embarqués sur des bateaux vers les colonies anglaises de la côte atlantique; 2 000 à 3 000 autres subissent le même sort jusqu'en 1762. La déportation cause de nombreuses morts, que ce soit à cause des maladies, des épidémies, des déplacements ou des conditions pénibles de l'exil.

Retour Accueil Contactez-nous English
Plein écran
La déportation des Acadiens
The Governor's House and St. Mather's Meeting House, Halifax (Nova Scotia), [La demeure du gouverneur et la St. Mather's Meeting House, Halifax, (Nouvelle-Écosse)], 1764.
CA ANC C-2482