Marchand de Montréal et seigneur de Saint-Maurice, François Poulin de Francheville obtient du roi en 1730 la permission d'exploiter à ses frais les gisements de fer de sa seigneurie. Construites à proximité de la ville de Trois-Rivières, les forges sont la première et demeureront l'unique entreprise sidérurgique de la Nouvelle-France. Peu après la mort de Poulin, les forges sont reprises en 1736 par une société qui, malgré un prêt du roi, fait faillite en 1741. Devenue alors forges royales, elles produisent des pièces d'artillerie pour l'armée et des objets d'usage courant, comme des marmites et des poêles.

Retour Accueil Contactez-nous English
Plein écran
Les forges du Saint-Maurice
Traité de société entre François-Étienne Cugnet, Thomas-Jacques Taschereau, Pierre-François Olivier de Vézin, Jacques Simonet d'Abergemont et Ignace Gamelin pour l'exploitation des mines de fer et des forges du Saint-Maurice, 16 octobre 1736.
FR CAOM COL C11A 110 fol. 100-103