À l'instar de plusieurs pays européens, la France fait appel à des intérêts privés pour coloniser de nouveaux territoires. Ces compagnies, en échange de privilèges commerciaux, doivent remplir certaines obligations. Face aux échecs successifs de ces compagnies, Armand-Jean Du Plessis, cardinal de Richelieu, met sur pied en 1627 une compagnie royale, la Compagnie de la Nouvelle-France, appelée aussi Compagnie des Cent-Associés. Seigneur d'un immense territoire qui comprend notamment la vallée du Saint-Laurent et l'Acadie, la compagnie obtient divers monopoles de commerce. En échange, elle doit faire passer en quinze ans 4 000 immigrants dans la colonie et, sous l'autorité du roi, assurer son administration et exercer la justice.

Retour Accueil Contactez-nous English
Plein écran
Les compagnies de commerce
Edict du Roy pour l'establissement de la Compagnie de la Nouvelle-France, imprimé à Paris chez Sebastien Cramoisy Imprimeur ordinaire du Roy & de la Marine, mai 1628.
FR CAOM COL C11A 1 fol. 91-98vo