Comme dans la société française, la noblesse, bien que peu importante en nombre, occupe une place de choix en Nouvelle-France. Favorisés par l'autorité royale qui leur accorde des seigneuries, des congés de traite ou des postes dans l'administration civile, les nobles sont, le plus souvent, officiers militaires et jouent un rôle important dans les guerres et les négociations avec les Amérindiens. Contrairement à la France, le fait d'être noble n'empêche pas d'exercer des activités commerciales et il n'est jamais la conséquence de l'achat de charges dites anoblissantes. On devient noble par ses mérites et par la volonté du roi. Aux 170 immigrants déjà nobles, comme Claude de Ramezay, s'ajoutent onze Canadiens, dont Robert Giffard, qui reçoivent du roi de France des lettres de noblesse pour l'esperance que nous avons que se voyant honoré du degré d'honneur et tiltre de noblesse aud pays de la nouvelle-France il en suivra les actions des personnes nobles et que luy et les siens nous rendront les services que ceux de cette qualité nous doibvent. Après le traité de Paris en 1763, plusieurs nobles quittent la colonie et ceux qui restent ont peine à maintenir leur rang et leur fortune.

Retour Accueil Contactez-nous English
Plein écran
La noblesse
Lettres de noblesse de Robert Giffard de Moncel, seigneur de Beauport, mars 1658.
CA ANC MG18-H1