Louis XIV et ses ministres s'efforcent de limiter l'exploration de nouvelles terres au profit du défrichement. Dans la continuité de cette politique, les arrêts de Marly confirment la volonté royale de développer le peuplement de la Nouvelle-France en encourageant l'exploitation des terres. Un premier arrêt stipule que les seigneuries non mises en valeur seront retirées à leurs titulaires et réunies au domaine royal. Toutefois, cette mesure sera rarement appliquée. Un deuxième arrêt s'applique aux censitaires et les oblige aussi à mettre en valeur leur terre, qui sera autrement réunie au domaine seigneurial. De plus, les seigneurs ont l'obligation de concéder des terres à ceux qui en font la demande. Il leur est aussi interdit de vendre des censives non concédées.

Retour Accueil Contactez-nous English
Plein écran
Arrêts de Marly
Arrêts du roi pour la réunion des terres si elles ne sont pas mises en valeur, Marly, 6 juillet 1711.
FR CHAN Marine A1 46 pièces 33-34