Toujours faiblement peuplée, la Nouvelle-France doit recourir à des apports démographiques extérieurs. En plus des engagés, des soldats, des officiers, des religieux, des filles du roi et des familles qui constituent la majorité de l'immigration, des fils de familles nobles ou bourgeoises et des libertins sont exilés sur la requête de leurs proches. S'y ajoutent des condamnés pour petits délits, des braconniers, des contrebandiers et des faux-sauniers susceptibles de devenir des colons utiles. Ainsi, plusieurs centaines de faux-sauniers s'établissent au Canada entre 1730 et 1749.

Retour Accueil Contactez-nous English
Plein écran
Les faux-sauniers
Lettre de Jean-Frédéric Phélypeaux, comte de Maurepas, secrétaire d'État à la Marine, à Charles de Beauharnois, gouverneur général, et à Gilles Hocquart, intendant de la Nouvelle-France, concernant l'envoi de faux-sauniers et de contrebandiers dans la colonie, 1er mai 1731.
FR CAOM COL C11A 56 fol. 71-72